L’agriculture biologique végétalienne

Fruits et légumes vegan

 Une autre façon de faire existe : 

Nous avons toutes et tous besoin de manger, et en tant qu’êtres humains, nous avons la capacité de vivre d’une manière qui soit exempte de violence envers les animaux. Trouver un mode de vie qui met fin à l’exploitation animale, qui minimise l’impact que l’espèce humaine occasionne à la planète, élimine la faim et la malnutrition infligées aux «autres» devient essentiel.
 
En optant pour une alimentation végétalienne, une personne utilise environ un huitième de la superficie de culture requise par un-e consommateur-trice de chair animale. La pression sur la planète est alors grandement allégée, ce qui constitue une première étape à la reconstruction de communautés ayant un lien de compassion envers la terre.
 
Les principes biologiques vegan s’appliquent aux aliments, mais aussi aux vêtements faits en ortie, bambou, chanvre, lin, etc. ainsi qu’aux matériaux de construction.
 
 

 Comment fonctionne l’agriculture biologique végétalienne ? 

L’agriculture biologique végétalienne, se résume en un système de culture évitant tout produit chimique artificiel, OGM, fumiers animaux et sous produit de l’exploitation animale issus des abattoirs. Alternativement, la fertilité est maintenue grâce aux paillis végétaux, bois raméal fragmenté, compost de surface, composts végétaux, engrais verts, rotation des cultures, et toute autre méthode durable, écologiquement viable et ne reposant sur aucune exploitation animale.
 
Ces méthodes assurent des aliments sains et la fertilité du sol à long-terme, pour les générations actuelles et futures.
 

 Pourquoi biologique végétalien ? 

Bandeau vegan

 
Esclavage, mort et souffrance des animaux dans les fermes:
 
• Il y a plus d’un milliard de raisons pour ne pas manger de produits animaux ; celles-ci représentent le nombre d’animaux qui sont tués chaque année dans les abattoirs de l’État français.
 
• L’agriculture conventionnelle utilise des produits chimiques, lesquels réduisent la biodiversité tout en polluant la planète. Bien que l’agriculture mixte soit moins dommageable pour la faune et la flore, elle présente toujours des problèmes fondamentaux. Sang et os sont utilisés dans la majorité des terreaux à semis, et même le fumier animal repose sur un système dans lequel les animaux finiront à l’abattoir.
 
 
Destruction de la planète:
 
• Actuellement, «l’élevage» consomment 38% de la production mondiale de céréales, pendant qu’un milliard de personnes souffrent de malnutrition. Des cultures fourragères sont importées de pays où les humain-e-s sont sous-alimenté-e-s.
 
• L’eau douce se raréfie. Selon les estimations, la culture du blé, par exemple, nécessite 36 fois moins d’eau par calorie produite que la chair animale « bovine ».
 
• Dans plusieurs parties du monde, il y a de sérieux problèmes d’érosion du sol comme conséquence directe des pâturages intensifs. Sans compter la déforestation qui rase des terres afin de produire des aliments pour les animaux dit « d’élevage ».
 
 
Maladie:
 
• L’utilisation des produits chimiques dans les produits transformés et de la faible qualité nutritionnelle des aliments est reliée à plusieurs problèmes de santé humaine comme l’accroissement des allergies, l’hyperactivité chez les enfants, l’asthme et certains cancers.
 
 
Une méthode appliquée dans le monde entier:
 
Que ce soit dans les États français, anglais, allemand, autrichien, espagnol, irlandais, canadien, états-uniens , néo-zélandais , des consommateur-trice-s, jardinier-e-s et agriculteur-trice-s s’intéressent et pratiquent l’agriculture végétalienne. Dans l’état autrichien, la famille Langerhorst cultivent leur ferme de 3,5 ha sans produits chimiques, sans fumiers et sans machinerie ou traction animale depuis 1974.
 
resistance-is-fertile

 

 Participer 


 
S’informer reste la première action :
 
Connaître la situation réelle des animaux, de l’agriculture et de l’écosystème permet de comprendre l’importance d’agir.
 
> Sur une initiative locale en Bretagne : Initiative de promotion de l’agriculture bio-végétalienne en Bretagne
 
> Site avec quelques infos sur les méthodes de cultures : www.vegeculture.net
 
S’impliquer :
 
Adopter un mode de vie vegan.
> Il est facile de trouver des produits biologiques ne contenant pas d’ingrédients animaux.
Plein d’infos par exemple sur cette page: Être vegan en Pays Basque
 
Sensibiliser notre entourage.
>  Diffusez cette page autour de vous
>  Organiser des kiosques d’informations ou des présentations
 
Cultiver de manière biologique et végétalienne.
> Ce n’est pas difficile et cela s’applique à petite comme à grande échelle.