Contre la LGBTIQ-phobie !

antifa vegan contre la LGBT-phobie

 

La lesbophobie, la transphobie, la biphobie, l’homophobie sont des idéologies fascistes qu’il faut combattre.

Ces dernières années ont vu une montée de la violence envers les personnes LGBTIQ (lesbian, gay, bi, trans, intersex, queer). Partout dans l’État français les intégristes, les fascistes, les conservatrices-teurs se pavanent dans nos rues et se permettent d’étaler sans complexe leurs rhétoriques discriminantes.
 
Les associations comme Le Refuge et Stop Homophobie pour ne citer qu’elles, sont submergées d’appels et de témoignages de personnes ayant vécu diverses situations de discrimination de plus en plus fréquentes depuis le mois de novembre 2012, date de la première « Manif pour Tous »¹.
 
Des remarques « anodines » aux insultes, jusqu’aux agressions physiques, la lesbo/trans/bi/homophobie est une réalité malheureusement très présente dans l’ensemble de la société.
 
Même si cela est moins fréquent dans les milieux progressistes, n’oublions pas que le virilisme n’est pas l’apanage de l’extrême droite. Dans le même ordre d’idée, certains groupes se revendiquant de l’écologie n’ont pas hésité à manipuler le terme de « nature » afin de nier la transsexualité mais aussi délégitimer les luttes queer². Les milieux militants ne sont malheureusement pas épargnés.
 
Ainsi entendons-nous fréquemment, que ce soit sous la forme de blagues, sous l’emprise de la colère ou bien dans une volonté d’humiliation, des termes inappropriés et dépourvus de leurs sens premiers, tel que enculé, pd, tafiole…
 
Autant de mots sciemment distillés qui offre une opportunité à la société de continuer inlassablement de tenter de briser tout ce qui n’est pas de l’ordre du schéma hétéropatriarcal.
 
Le déconditionnement de ce type de langage est un premier pas nécessaire vers la lutte contre les dominations et constituera par la suite l’assise à la libération globale.
 

Comment peut-on dire à une femme qui ne s’habille pas dans les critères préétablis par une mode machiste, que c’est une camionneuse ou une gouine ? En quoi être une camionneuse ou une gouine relève du négatif ?
 
Comment une personne peut-il traiter ses ami-e-s de gay sous prétexte de blague ? En quoi être gay relève du négatif ?
 
Comment peut-on dire à une personne qui s’habille à l’opposer des normes, que c’est un travelo ? En quoi être transgenre relève du négatif ?


 

banderolepride-vp

 
L’idéologie fasciste et intégriste souhaite imposer une vision hétéro-patriarcale, xénophobe aux sociétés. Le fascisme c’est le culte du guerrier, le virilisme et le sexisme exaltés.
 
Ce raisonnement consiste à dire que les hommes doivent être grands, forts, qu’ils se doivent d’être des conquérants vis-à-vis des femmes, qui elles en retour, se doivent d’être belles, charmantes et dociles. La seule norme est celle de l’hétérosexualité et les formes de domination deviennent dès lors acceptables.
 
L’idéologie fasciste s’oppose également à l’immigration, à la diversité et au métissage. La violence (verbale ou physique) ou le rejet sont exercés systématiquement selon le même procédé, que ce soit pour les violences contre les personnes LGBTIQ, les personnes issues de l’immigration, les Rroms, les gen-te-s du voyage, les juif-ve-s, les musulman-e-s, les non blanc-he-s…
 
Il est important dès aujourd’hui de combattre tous les vecteurs du fascisme, car derrière chaque discrimination, il y a la même logique oppressive. L’idéologie de la domination et de l’autoritarisme. Il faut donc s’unir et mettre en place une convergence des luttes, en prenant en compte toutes les discriminations car elles sont liées et indivisibles. Nous devons être toutes et tous réuni-e-s dans une lutte globale et cohérente.
 
Pour que se tenir la main en public ne soit plus un problème, pour que personne ne subisse l’oppression de sa famille, de ses proches, de son entourage. Pour qu’il n’y ait plus de personne qui se suicide à cause du poids de la lesbo/trans/bi/homophobie, luttons pour la disparition de ces idées de haine.

Intégristes, fascistes, lesbo/trans/bi/homophobes
hors de nos rues, hors de nos vies !

¹ En Pays Basque, Marc Aillet s’est fait remarquer pour des propos anti-avortement et contre l’égalité des droits
 
² Luttes queer : Pink Block.