La place de l’espèce humaine sur Terre

méduses -écologie radicale - vegan

 

La situation des animaux sauvages (à lire ici) et du vivant de manière générale ne cesse d’être alarmante. Le processus de domestication des écosystèmes¹ par les humain-e-s ne cesse de croître, avec comme conséquences, une artificialisation croissante de la planète et une multitude d’espèces animales ou végétales ayant beaucoup de difficultés à subsister.
 
L’augmentation de la population humaine, associée au fait que chaque humain-e et ses activités occupent de plus en plus de place, déstabilise profondément la biosphère² et ses écosystèmes.
 
L’évolution de la surface par habitant-e entre 1950 et 2005 est révélatrice ; en 1950, la population mondiale atteignait 2,52 milliards d’habitant-e pour 5,15 hectares par habitant-e, pour une population mondiale en 2005 de 6,5 milliards d’habitant-e pour 2,02 hectares par habitant-e.
 
Actuellement, la population mondiale se situe autour de 7,2 milliards et les terres artificialisées (habitats, usines, zones commerciales et leurs parkings, routes…) atteignent dans le monde 1,7 millions de kilomètres carré, soit 3 fois la superficie de l’État français. Le même processus se répète autour des activités humaines, qui ont transformé à travers les années près de 80% des terres émergées, dont 30% sont utilisées pour «l’élevage» (70% des terres agricoles utilisées, directement ou indirectement, pour l’asservissement des animaux dit «d’élevages»).
 
lutte contre l'exploitation animale - vegan pays basque

 
Ainsi, l’accélération du changement de la biodiversité impacte durement la vie des espèces animales et végétales partageant la Terre. Le bouleversement est tel qu’il est désormais vital que les humain-e-s adoptent un changement de conscience, afin d’accepter une interaction positive dans les écosystèmes et prendre en compte toute la diversité terrestre dans sa complexité et sa totalité.
 
Les naturalistes s’accordent sur une estimation totale de 10 à 30 millions d’espèces vivants sur Terre. Le système de classification des espèces vivantes (classification phylogénétique) en répertorie 1,9 millions.
 
Les mammifères (0,3% de toutes les espèces connues), les cnidaires (méduses), les oiseaux, les actinopodes (organismes du plancton), les crustacés communs, les poissons à nageoires rayonnées, les mollusques, les plantes à fleurs, et les insectes (55% de toutes les espèces connues) forment les grandes «familles» de la symbiose³ terrestre.
 
Par conséquent, l’espèce humaine doit développer une meilleure compréhension du contexte écologique afin de lutter contre l’uniformité et développer, intellectuellement et sensitivement, un sens de l’appartenance terrestre qui s’inscrit dans une perspective plus étendue. L’accompagnement à une identification plus grande amènera les humain-e-s vers la construction d’une attitude pleinement respectueuse des autres espèces et ainsi à ne pas se focaliser seulement sur les grandes espèces menacées, comme l’écologie réformiste a tendance à le faire, éloignant inévitablement les humain-e-s de l’identification nécessaire au changement de conscience.
 
La manière dont les vegans et les militant-e-s de l’écologie radicale traitent des problèmes et non des individus reste primordiale pour déconstruire les conditionnements humains basés sur l’autoritarisme, la domination et l’exploitation. Nous devons lier nos luttes de libération autour de ces changements de conscience, et nous organiser toutes et tous afin de changer les structures philosophiques, économiques… des sociétés humaines, pour ainsi faire que le véganisme devienne une des racines importantes qui permettra aux humain-e-s d’être en équilibre avec l’ensemble des êtres vivants sur Terre.

 
 

Marchons sur Terre d’un pas léger !
Libération de la Terre ! Libération animale ! Libération humaine ! Libération totale !

 
¹Écosystème : Un écosystème est un ensemble dynamique d’organismes vivants (plantes, animaux et micro-organismes) qui interagissent entre eux et avec le milieu (sol, climat, eau, lumière) dans lequel ils vivent.
 
²Biosphère : Système planétaire incluant l’ensemble des organismes vivants et des milieux où ils vivent.
 
³Symbiose : Relation permanente entre des organismes d’espèces différentes qui se traduit par des effets bénéfiques aussi bien pour l’un que pour l’autre.

 
Coccinelles - écologie radical - vegan

 
 

À lire aussi