Recul des droits des femmes et offensive intégriste

visuel féministe

En décembre nous étions stupéfait-e-s de voir prendre forme un projet de loi contre le droit à l’IVG, promesse électorale du gouvernement Rajoy et depuis deux mois amener par son ministre de la Justice Alberto Ruiz-Gallardon.

 
Ce projet de loi amène de manière effective la suppression au droit à l’IVG en Espagne. Seules les femmes qui auront subi un viol et qui l’auront déclaré, ainsi que les femmes dont la vie serait en danger après vérification de deux médecins experts, pourront interrompre leur grossesse. Il y a donc bien là une atteinte grave au droit essentiel à pouvoir disposer de son corps. Cette décision équivaut à un retour en arrière de trente ans, l’Etat espagnol revenant sur une législation datant de 1985. Cela montre malheureusement qu’aucun droit n’est acquis définitivement et que celui-ci peut du jour au lendemain être remis en cause.
 
Cette initiative n’est pas isolée, il y a dans toute l’Europe une offensive de la droite réactionnaire envers un progrès qui leur semble scandaleux et inacceptable : la libération des femmes. Ce projet de loi se veut également un test et un exemple, comme le déclarait Gallardon « je suis certain de voir ce projet s’étendre au reste de l’Europe». C’est en effet le cas, une partie de la droite et de l’extrême droite européenne ne cache pas son soutien à ce projet de loi.
 
Ainsi plus localement, au Pays Basque nord, l’évêque intégriste de Bayonne, Marc Aillet mène un lobbying fort contre l’IVG et l’égalité des droits.
 
Rappelons tout de même que Marc Aillet n’en n’est pas à son coup d’essai :
 
-En novembre 2012 tout d’abord, il avait invité Béatrice Bourges, qui est aujourd’hui à la tête de la mouvance du « Printemps français », afin d’organiser une conférence à Bayonne.
 
-En décembre 2012, il organisa à Biarritz « le colloque pour la vie », en invitant certain-e-s des pires intégristes anti-IVG d’Europe mais aussi des États-Unis.
 
-Durant tous les débats de l’ouverture au mariage pour les personnes de mêmes sexes, Marc Aillet a organisé des « prières de rue » devant la mairie de Bayonne aux côtés d’un conseiller municipal délégué.
 
-Plus récemment encore, courant novembre 2013, il a été manifester contre l’IVG à Washington, dans le cadre d’une campagne du mouvement « 40 days for life » qui se félicite d’avoir empêché plus de 4000 avortements depuis 2007. Et le mois dernier Marc Aillet était en tête de cortège de la marche pour la vie à Paris qui a ressemblé environ 16000 intégristes contre l’IVG.
 
Marc Aillet a également lors de ces vœux de noël (voir l’article ici), appelé les citoyen-ne-s à voter pour les candidat-e-s s’opposant à l’IVG et à l’égalité des droits. Cette ingérence politique de l’église est inacceptable et montre clairement les idées politiques nauséabondes de cet évêque, qui pourtant ce dit apolitique ; rappelons que les seuls partis répondant à ces griefs sont les mouvements d’extrême droite.
 

Une attaque à une est une violence à toutes et tous.
Il faut se battre tous les jours contre le sexisme, l’ordre moral,
l’intégrisme religieux, le capitalisme et tous les vecteurs du fascisme.

 
tumblr_static_womanism

 
Notre collectif étant en Pays Basque et donc voisin de l’État espagnol, nous l’affirmons dès aujourd’hui, que nous soutiendrons et viendrons en aide autant que possible, aux cotés des groupes féministes locaux, à toutes les femmes qui seront obligées de traverser la frontière et cela afin de faire respecter le droit à disposer de son corps. Nous nous opposerons localement autant qu’il est nécessaire au lobbying infect de Marc Aillet et de sa cour.
 
Intégristes, fascistes, patriarches, vous aurez beau voter des lois liberticides,
n’oubliez pas que vous aurez à affronter le peuple dans la rue !

 
¡No pasarán!
 
Insurrection et résistance féministe !

 
Vegan Pays Basque faisant partie du « collectif pour les libertés de choix », appelle à ses côtés à un rassemblement citoyen contre la loi anti-IVG de l’état espagnol, le samedi 1 février à 11h devant le consulat espagnol de Bayonne.

 
Voir l’appel ici : SAMEDI 1er FEVRIER: rassemblement contre la loi anti-avortement de l’Etat espagnol
 
 

À lire aussi