Photos d’Alternatiba Zokoa

Alternatiba Zokoa

 

Ce dimanche 5 octobre 2014 s’est déroulé Alternatiba Zokoa, un village alternatif présentant de très nombreuses alternatives écologiques par le biais de stands et de conférences. Le village a rassemblé plus de 3000 personnes dans une ambiance militante joyeuse et festive.
 
Nous y étions présent-e-s et avons préparé d’un côté 180 assiettes de pintxo végétaux, ainsi que 90 assiettes chili végétalien, le tout préparé avec des légumes bio issus de l’agriculture locale. En plus de se régaler, le but était de sensibiliser les personnes présentes à Alternatiba, sur la facilité avec laquelle on peut préparer des plats sans exploitation animale, biologiques et locaux. Les pintxo ainsi que le repas composé de crudités de saison, le chili végétalien, et la compote de pommes maison ont rencontré un grand succès. Plusieurs personnes ont été étonnées par les saveurs, couleurs et diversités de la nourriture végétalienne et ont demandé les recettes de nos préparations.
 
Nous y avons tenu également toute la journée un stand d’information sur les luttes menées par le collectif. De très nombreuses personnes se sont arrêtées à notre stand pour discuter avec nous, prendre des tracts, lire les livres sur notre table et regarder nos affiches. Nous avons pu y avoir des conversations intéressantes soit avec des personnes découvrant le mouvement de libération animale, d’écologie radicale ou d’antifascisme et voulant en savoir plus, soit avec des personnes voulant aborder des sujets particuliers comme « la pêche dite durable » (voir notre tract « Respectons le milieu marin »), l’agriculture végétalienne, l’antispécisme etc. ou souhaitant être tenus au courant de nos actions.
 
Nous avons pu également répondre aux gens qui voulaient savoir ce qu’est l’écologie radicale et expliquer cette forme d’écologie qui est non réformiste, fondamentalement anticapitaliste et écocentriste (qui de fait accorde une valeur en soi à tous les membres de la planète, en d’autres termes, de quitter l’ancien point de vue anthropocentriste pour adopter un point de vue « écocentriste » ») à l’inverse de l’écologie politique.
 
Nous avons également discuté de la convergence des luttes entre l’antispécisme, l’antifascisme, l’antisexisme, l’antilesbo/trans/homophobie, et l’importance de lutter pour tous les animaux, aussi bien pour les animaux non humains que humains, principe fondamental de la libération animale. Il est nécessaire de lutter contre la protection animale façon Brigitte Bardot qui est misanthrope, xénophobe et pas du tout positive. Ce qui ne donne pas aux gens l’envie de rejoindre la lutte pour les animaux non humains.
 
Nous avons été heureux de voir des personnes qui s’interrogent sur le rapport avec les animaux non humains et leurs volontés de transition vers la fin du cautionnement de l’exploitation animale. Un autre point très positif à la table, fût une personne que nous avions déjà rencontrée à l’un de nos précédents stands, qui après avoir été depuis de très longues années éleveur d’animaux, est en transition pour arrêter son élevage et devenir végétalien. Ce genre de témoignage est réellement positif et montre que les choses ne sont pas figées et que tout est possible, même si en Pays Basque comme ailleurs l’exploitation animale est un conditionnement culturel, rien n’est perdu et tout le monde peut à tout moment ouvrir les yeux sur ce que vivent les animaux.

 
Merci à toutes et à  tous d’êtres venus si nombreux-ses à cet événement et d’avoir échangé avec nous.
 

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

La raison pour laquelle nous floutons nos visages, outre les raisons de sécurité, est que nous ne voulons pas nous mettre en avant en tant qu’individu car nous ne recherchons pas la reconnaissance, les seuls qui en ont besoin sont les animaux non humains, la planète, ainsi que nos luttes pour une libération totale.
 

 
 

À lire aussi