Photos du picnic et de la balade de la corniche d’Abbadia du 13/11/2016

picnic-vegetalien-et-decouverte-de-la-zone-naturelle-dabbadia-13-11-2016-vedugan-pays-basque

 

Voici quelques photos du picnic partagé végétalien et de la balade commentée dans la zone naturelle d’Abbadia du dimanche 13 novembre 2016. Nous étions 19 personnes, et ce fût un très agréable moment, de part les rencontres et les discussions. Nous y tenions, comme à chaque picnic, un stand d’information sur la libération animale, l’écologie radicale et l’antifascisme.
 
Le picnic qui se déroulait derrière la maison de la corniche a été suivi d’une balade commentée de la zone naturelle d’Abbadia, le long de la corniche et des falaises Basques qui a duré environ 2 heures. Ça a été une bonne occasion de découvrir ou redécouvrir cet écosystème de falaises.
 
Merci à touTEs d’être venuEs au picnic et à la balade.
 

Prochain évènement courant décembre

La date sera annoncée sur le site environ 2 semaines avant.
(n’hésitez pas à vous abonner au site pour recevoir les articles lorsqu’ils sont publiés).


 
Cliquer sur les photos pour les agrandir.


 

Pour en savoir plus sur la zone naturelle d’Abbadia
et les falaises Basques:


 
zone-naturelle-dabbadia-et-falaises-basque-vegan-pays-basque

 
La flore
 
La zone naturelle d’Abbadia se caractérise par la variété des milieux présents : falaises maritimes végétalisées, landes, formations arbustives, haies, chênaies-frênaies, boisements à aulnes, ruisseaux intermittents. Ce site se distingue par la présence d’espèces méditerranéennes comme le nerprun, l’aulne de Corse, la canne de Provence ou encore la fameuse salsepareille dont les draperies jouent ici un rôle essentiel de brise-vent permettant aux feuillus de pousser très près du littoral.
 
La faune
 
En limite de la chaîne des Pyrénées, la côte basque concentre le flux migratoire des oiseaux. La Corniche Basque étant la seule vaste entité non-urbanisée sur le littoral, les oiseaux s’y reposent avant le franchissement des montagnes. On y observe régulièrement de nombreuses espèces migratrices qui ne s’arrêteront que quelques heures ou quelques jours (courlis, pluviers, œdicnème criard, huppe fasciée…) alors que d’autres y passeront toute la mauvaise saison (grand cormoran…). Certaines espèces, visiteuses d’été, vont s’installer ici pour s’y reproduire : milan noir, aigle botté, hypolaïs polyglotte … Alors que d’autres espèces, sédentaires, seront au contraire visibles toute l’année (grand corbeau, faucon pèlerin et faucon crécerelle…).
 
Parce qu’ici les Pyrénées plongent dans l’Atlantique, il est également possible sur le même coup de jumelles d’observer des cormorans huppés sur les récifs émergés et des vautours fauves dessinant dans le ciel de vastes orbes.
 
On croise aussi dans les forêts de la zone des renards, chevreuils, faisans etc. trouvant sur les falaises et leurs bois avoisinants un lieu en sécurité contre les chasseurs et l’urbanisation urbaine.
 
La géologie
 
Extraordinaire livre ouvert, les falaises de la Corniche nous racontent en quelques centaines de mètres des millions d’années d’histoire de la terre.
 
Les falaises sont par endroits une superposition de couches géologiques unique au monde nommé flysch. Cet ensemble de strates, certaines quasi verticales, alternant calcaire, grès et roches argileuses, résulte de l’accumulation des sédiments sous la mer il y a des millions d’années.
 
La formation de la chaîne pyrénéenne et l’érosion perpétuelle provoquée par la force de l’océan ont laissé à découvert ces falaises spectaculaires. Les strates de sédiments plus ou moins durs constituées à l’horizontale dans les fonds marins ont été projetées à la surface et dressées à la verticale. Les falaises constituées de couches successives sculptées par la nature ont été décryptées par les experts qui y lisent les reflets des grandes évolutions, comme les changements climatiques et la disparition des dinosaures etc.
Les strates sur de très grandes épaisseurs témoignent de l’origine sédimentaire des roches qui constituent ces falaises spectaculaires.
 
L’inclinaison de tout cet ensemble, strates et parties intercalées, passant en certains endroits de l’horizontalité originelle à une quasi verticalité, la présence de ces falaises à l’air libre, nous indiquent les déformations et déplacements occasionnés lors de la poussée pyrénéenne.

 

À lire aussi