Véganisme

vegan revolution

Les animaux non humains (NH) sont des êtres vivants qui ressentent la douleur et ont une conscience perceptive. Elles-ils ont leurs propres intérêts à vivre et une volonté à rester en vie. La majorité des personnes prétendent se soucier des animaux NH, les aimer et les respecter. Nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il est immoral de les faire souffrir. L’exploitation animale n’est donc pas une nécessité. Nous pouvons très bien vivre sans manger de produits d’origine animale, sans nous vêtir de la peau des animaux et sans utiliser de produits testés sur les animaux, etc.
 
Pourtant nous utilisons les animaux pour en retirer du plaisir ou du divertissement ou par simple habitude. Pourtant le fait de faire quelque chose depuis longtemps ne signifie pas que c’est éthiquement acceptable : les humain-e-s font la guerre depuis toujours et cela n’est pas pour autant acceptable.
 
Changeons notre perception sociale des animaux !
 
Devenir végan est un engagement politique et moral en faveur de l’abolition de l’exploitation animale, à l’échelle individuelle. C’est le choix que nous pouvons toutes et tous faire aujourd’hui pour aider les animaux, qu’ils soient humains ou non-humains. Cela n’exige pas de campagne coûteuse, ni d’engagement dans une grande association, ni de loi; cela exige seulement de reconnaître que les animaux ont le droit de vivre et de disposer d’eux-mêmes, et que leurs intérêts passent avant notre plaisir.
 
 
antispé11

 
«Les animaux dont nous avons fait nos esclaves, nous n’aimons pas les considérer comme nos égaux.»
Charles Darwin (1809-1882)

 
Un refus personnel…
 
Si les intérêts des animaux à ne pas souffrir sont à prendre en compte au même titre que nos intérêts d’humains, il va de soi d’arrêter de les faire souffrir et de les tuer : que ce soit pour s’en nourrir, pour s’en vêtir, pour tester des produits, parce qu’ils nous dérangent ou par loisir, etc. Cela signifie dès lors adopter un régime alimentaire végétalien ; cesser d’acheter des vêtements ou autres produits issus de l’exploitation (cuir, fourrure, laine, sous-produits animaux divers), et cesser de cautionner les cirques, zoos, élevages d’animaux de compagnie, etc.
 
Il s’agit là de la moindre des choses, étant donné l’importance des conséquences que cela a pour les animaux concernés. Car on les voit rarement comme des individus existant pour eux-mêmes, ayant des intérêts propres liés au fait qu’ils sont sensibles à la douleur et au plaisir. À tort, on les perçoit plutôt comme nos propriétés, comme des choses utiles, au même titre que des outils ou de la matière.
 
… et un changement de culture et de société.
 
Il est aussi essentiel de mener des campagnes de critique de l’exploitation animale, de mise en avant des intérêts des animaux dans tous les domaines où ils sont victimes. Notre but est un changement de civilisation. Nous désirons et nous nous battons pour un avenir où la société respectera les intérêts de tous les humains et de tous les animaux, où cette barbarie institutionnalisée ne sera plus qu’un mauvais souvenir.
 
Plus nous serons nombreux à dénoncer l’injustice envers les humains et les animaux, plus vite elle deviendra un débat de société.
 
 
Le film Earthlings (Terriens)

 

 
Earthlings est un film documentaire dont la réalisation a nécessité cinq années de travail et d’investigations. Utilisant des caméras cachées et des images inédites, Earthlings est à la fois un argumentaire et une chronique des pratiques de l’exploitation animale sous toutes ses formes.

 
Visionnable ici en version sous-titrée en français: