Soutien au SOCPA7 – SOCPA7 Sustengua

Pays Basque nord-  Solidarité au SOCPA7 et contre la répression des luttes pour la libération animale et de la terre
Pays Basque nord- Solidarité au SOCPA7 et contre la répression des luttes pour la libération animale et de la terre

 

Le procès des inculpé-e-s SOCPA7 commencera le 10 octobre à Londres. Nous ferons des mises à jour de cet article dès que nous aurons plus d’informations et nous vous invitons à suivre le site de soutien au SOCPA7. Nous leurs témoignons toute notre solidarité et nous exigeons leur libération immédiate. Nous apportons également notre soutien à Debbie de l’affaire Blackmail3, Debbie a besoin de nous, si vous pouvez écrivez lui à cette adresse:
 
[Debbie Vincent a changé de prison, son numéro d’écrou reste le même : A5819DE. Voici sa nouvelle adresse pour continuer de correspondre avec elle ou bien de commencer une correspondance :]
HMP Holloway
Parkhurst Rd
London N7 0NU
 
Debbie y est dans l’attente du rendu de peine dans l’affaire SOCPA 7 où elle risque encore 5 ans de prison une fois de plus …
 
ÉCRIRE AUX PRISONNIER-E-S
 
Probablement le plus facile et sans doute l’élément le plus important dans le soutien aux prisonnier.e.s : c’est de leur écrire.
Pour de nombreux.ses prisonnier.e.s une des choses les plus difficiles à affronter c’est le sentiment d’isolement – d’être privé de leurs ami.e.s, de leur famille et de tout ce qu’elles-ils connaissaient de leur vie avant la prison. Une lettre, une carte postale venant du monde extérieur, même de la part d’une personne complètement inconnue, aident à maintenir une connexion avec le monde réel et soulagent l’ennui infernal d’un régime qui implique souvent de passer 23H d’une journée dans la même cellule.

 
Site de soutien au SOCPA7: http://www.socpa7.org/french.html
 
Site de soutien au BlackMail3: http://blackmail3.org/french.html
 
 
Mise à jour au 25.09.2014

 
>> GRANDES NOUVELLES!!! <<
 
À la suite de discussions entre la défense et l’accusation, les inculpéEs du SOCPA 7 ont accepté une négociation de plaidoyer lors d’une audience au tribunal qui a eu lieu le 5 septembre 2014.
 
Les résultats de cette entente de plaidoyer sont que toutes les accusations contre Steve ont été abandonnées. Emma, Emily, Alexis et Anton plaideront ‘Coupable’ pour des infractions mineures de troubles à l’ordre public. Debbie et Lorna plaideront ‘Coupable’ pour des accusations plus importantes de SOCPA 145 (1) et sont désormais les deux seules inculpéEs à risquer de longues peines de prison.
 
Tou.te.s les accuséEs (sauf Steve) seront à l’audience du tribunal le 10 octobre 2014 pour être condamnéEs.
 
Les traductions concernant les parties « Plea Deal » et « Sentencing » sur le site de soutien seront disponibles en français dans quelques jours, cliquez sur le lien ci-dessous pour lire les détails en anglais pour l’instant.
 
(1) SOCPA : Serious Organised Crime and Police Act – c’est à dire que les militantEs tombent sous le coup de la loi contre le crime organisé.
 
http://socpa7.org/plea_deal.html
 
 
Pays Basque nord-  Solidarité au SOCPA7 et contre la répression des luttes pour la libération animale et de la terre
Pays Basque nord- Solidarité au SOCPA7 et contre la répression des luttes pour la libération animale et de la terre

 

L’affaire:

 
Accusé-e-s d’association de malfaiteurs pour avoir protesté contre l’expérimentation animale


 
En mai 2012, trois personnes sont arrêtées pour avoir manifesté chez un fournisseur d’Huntingdon Life Sciences (HLS) et sont alors accusées de SOCPA 145 et 146 (Serious Organised Crime and Police Act – c’est à dire que les militantEs tombent sous le coup de la loi contre le crime organisé) elles seront ensuite relâchées sous liberté conditionnelle. Les conditions de cette liberté étaient et sont encore : l’interdiction de manifester contre HLS et des assignations à résidence (par exemple dormir au même domicile tous les soirs). Un mois plus tard, une quatrième personne est arrêtée. Ces quatre personnes ont été remises en liberté conditionnelle plusieurs fois sur une période de 8 mois malgré qu’il s’agisse d’une mauvaise pratique (et plutôt rare) repoussant ainsi les motifs d’accusation sur une si longue période.
 
La raison de ce retard ne surviendra qu’en janvier 2013, quand six personnes (incluant les quatre déjà sous caution) sont perquisitionnées et arrêtées pour « conspiration en vue d’activités criminelles » en lien avec la campagne SHAC, entre octobre 2011 et juin 2012. Les chefs d’accusations incluent 25 délits dont la participation à une manifestation des quatre premières personnes déjà remises en liberté sous caution (des accusations à titre individuel sont alors abandonnées). Les 6 sont alors remis sous caution et interdits de communiquer. Peu de temps après, une septième personne est également arrêtée.
 
Au cours des raids, les forces de police armées ont forcé les portes d’entrées des suspectEs, celles de leurs partenaires et par erreur, celles de leurs voisinEs. Les portes ont été cassées et de nombreux objets ont été embarqués, comme du matériel informatique et des objets personnels non liés à l’affaire (et encore moins couverts par les mandats de perquisition). Malgré les promesses de rendre ces affaires, la majeure partie est encore entre les mains de la police.
 
En juin 2013, les sept inculpéEs sont officiellement accuséEs de SOCPA 145. Comme cela a pu être le cas dans de précédentes affaires l’accusation de SOCPA 146 ont été abandonnées, surement car cela rend les accusations plus vagues et donc plus difficiles pour lancer des poursuites judiciaires. Bizarrement la police allège les conditions de libération supprimant les assignations à domicile et les interdictions de communiquer entre-eux.
 
Quelques semaines plus tard, une audience a lieu à Wesminster Magistrates Court, avant que l’affaire ne soit transférée vers Southwark Crown Court en septembre 2013. Une audience préliminaire est prévue pour juillet 2014 et le procès pour le 10 octobre 2014.
Les pièces de l’accusation semblent être constituées de 3 dossiers de preuves bien qu’à l’heure actuelle une seule partie ait été transmise à la défense. Les preuves sont constituées de déclarations de témoins, de vidéosurveillance et d’enregistrements téléphoniques. Le procès est prévu pour durer au moins 6 semaines.
 
Derrière l’amoncellement de preuves matérielles et la terminologie juridique, la seule chose dont les inculpéEs semblent être réellement accuséEs, c’est la participation à des manifestations. Les délits se composent de 23 manifestations (classées comme harcèlement et trouble à l’ordre public) ainsi que 2 cas d’action directe (dommages criminels). Les inculpéEs sont accuséEs d’avoir été à certaines manifestations mais il n’y a aucune preuve de leur implication ou connaissance concernant les actions directes. CertainEs des inculpéEs ont seulement assisté à quelques manifestations.
 
Les autorités britanniques tentent à tout prix d’arrêter les personnes qui militent contre la vivisection et en particulier contre HLS. La simple participation à des manifestations exposent les personnes à des peines de prison et à des accusations pour activités criminelles.
 
Avec l’intensification de la répression des activistes pour les droits des animaux, il est essentiel de manifester notre soutien avec les inculpéEs du SOCPA7 et faire connaître cette affaire. Si elles peuvent être envoyées en prison pour avoir manifester, vous pourriez être la prochaine personne.